• Facebook
  • Twitter
  • Google
Un homme lit sur le pont d'un bateau sans permis
19 mai 2016

Croisière en Allemagne : entre lacs et nature au cœur du Mecklembourg

J’ai toujours admiré les voyageurs intrépides qui n’hésitent pas à se frotter à une nature vierge, quasi épargnée par l’empreinte de l’Homme. David Henry Thoreau, Christopher McCandless ou encore Sylvain Tesson m’ont longtemps fasciné dans leur entreprise.

En effet, s’extraire un temps de la société pour une expérience contemplative ne peut être que bénéfique à l’heure où tout va si vite. C’est ainsi qu’à la surprise générale, je décide de m’évader 7 jours sur les lacs du Mecklembourg en bateau. Vous vous demandez quel est le rapport avec mes héros cités un peu plus haut ? C’est très simple, les lacs du Mecklembourg sont très sauvages et vous pouvez passer des journées sans presque rencontrer âme qui vive.

Tout commence le vendredi 30 Avril 2016, après avoir passé les formalités nécessaires à un voyage en bateau en toute sérénité, nous quittons Fürstenberg à 14h en direction du sud afin de rejoindre l’écluse de Regow. En effet, l‘équipe commerciale de Locaboat nous a conseillé chaudement de nous y rendre afin de découvrir la ferme Ziegenkäserei Capriolenhof. Quel magnifique conseil ! Le deuxième jour nous avons donc déjeuné dans ce lieu insolite et hors du temps ; probablement, l’un de nos meilleurs souvenirs. Ici, vous vous acoquinerez avec les excellents fromages de chèvre ou les cuisses de chevreaux cuites au feu de bois du maître des lieux.



C’est l’esprit léger et le ventre rassasié que nous reprenons notre route. Nous repartons en direction de Fürstenberg afin de nous diriger au nord de la base Locaboat. Après environ 1 heure de navigation, nous nous arrêtons pour dormir au milieu d’un lac et nous profitons d’une première nuit loin du monde. C’est le lendemain, ragaillardis, que nous atteignons la marina de Neustrelitz. Pour être très franc, nous n’avons pas succombé au charme des lieux ; les grands espaces vides et l’architecture répondent à l’image qu’on se fait de l’Allemagne de l’Est. Nous ne nous éternisons pas, nous retournons au plus vite au milieu d’un autre lac.

Le lendemain, dès 8h30, nous levons l’ancre et nous dirigeons vers Rheinsberg. Après plusieurs heures de navigation, nous arrivons sous un soleil zénithal à la marina. Loin de l’austérité de notre précédente étape, nous sommes immédiatement enchantés par le château érigé fièrement sur le pourtour du lac. Nous nous enfonçons dans la ville et décidons de casser la croute dans un restaurant aléatoire. Après un repas copieux, nous nous dirigeons vers le château et au gré de notre balade découvrons un caviste et un boucher sur Mühlenstrasse à côté du château. Nous nous fournissons en vins et würsts (comprenez saucisses), la deuxième délicieuse spécialité de la région. Quant au vin allemand, sans être extraordinaire, voici une bonne alternative à la bière pour qui voudra.



Après cette journée de balade, nous nous dirigeons vers le lac qui jouxte celui de Rheinsberg. Nous choisissons de mouiller derrière un îlot afin de nous abriter du vent. Très vite, nous sommes rejoint par une multitude d’oiseaux qui sous un soleil rasant nous offrent l’un des plus beaux spectacles de ce séjour.



La suite de la croisière sera merveilleuse. Nous vivrons une tempête à Mirow, nous nous émerveillerons devant l’infini lac de Müritz, nous nous baignerons à Canow (oui oui, le jeudi 5 mai, les températures avoisinaient les 26 degrés). Ce séjour fut pour tout l’équipage inoubliable et ressourçant. Nous avons pris le temps de déguster les minutes qui s’écoulaient le long de notre voyage car n’oubliez pas, louer un bateau sans permis, c’est ériger le voyage en destination.



CONSEILS AUX FUTURS VOYAGEURS

Quelques considérations logistiques et pratiques. La navigation sur les lacs est légèrement différente de celle sur les canaux : il est presque impossible de s’arrêter sur les berges. Deux options s’offrent à vous : jeter l’ancre (aller au mouillage si vous maitrisez le langage marin) ou vous amarrer au ponton d’une marina. De plus, la multitude de lacs qui parsème le Mecklembourg est une occasion unique pour vous perdre ; il est donc totalement indispensable de vous équiper du guide fluvial proposé par Locaboat. Celui-ci vous aidera à tracer votre sillon droit, à bien appréhender les différentes balises (3 différentes) présentes sur les lacs et à repérer les différentes marinas qui s’égrèneront sur votre chemin. Enfin, pour éviter les déconvenues, sachez que très peu de commerces acceptent les cartes bleues qui ne sont pas allemandes, prévoyez donc de l’argent liquide, et très peu de gens parlent anglais, prévoyez donc un petit dictionnaire si vous ne pouvez pas accéder à internet depuis l’étranger. En dehors de ces quelques précisions, en voilà une plus réjouissante : n’oubliez pas votre maillot de bain, même début Mai, nous avons pu nous baigner. 

0 Commentaires

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir